Les langues après le jour de la pentecôte

Les langues après le jour de la pentecôte

17,06 €


  • Éditeur : Editions Victoire
  • Poids : 250 g
  • Nombre de pages : 319 pages
  • Dimensions : 14 x 21 cm
  • Année : 2019
  • Délai livraison : sous 48h
  • ISBN : 9782361400002

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Dans « Les Langues : Après le jour de la pentecôte », Kenneth E.Hagin se sert des écritures et d’illustration, tirées de sa propre vie de prière comme de celle d’autres serviteurs de Dieu respectés, pour expliquer clairement et simplement ce que signifie parler en langues. 

Frère Hagin vous amène à la chambre haute, celle de la Bible, le lieu où les cent vingt croyants ont été puissamment remplis du Saint-Esprit le jour de la Pentecôte. Puis, il vous conduit au-delà de la chambre haute, dans la Salle du Trône du Père, une dimension dans l’Esprit où vous pouvez pénétrer et que vous pouvez explorer, à mesure que vous cédez au Saint-Esprit et priez en d’autres langues. Tout au long du livre, Kenneth s’attaque aux objections et aux idées fausses communes sur les langues, et éclaircit les véritables objectifs scripturaires des langues. Il vous montre comment profiter de ce don surnaturel, afin que vous puissiez accomplir le dessein le plus élevé de Dieu pour votre vie !

Cet examen complet des langues répond à des questions telles que :

  • Le parler en langues est-il pour tout le monde ?
  • Les langues : don divin ou piège du diable ?
  • Si jésus n’a pas parlé en langues, pourquoi devrai-je le faire ?
  • Le don des langues a-t-il cessé à la mort des premiers apôtres ?
  • Les langues ne sont-elles pas tout simplement parler en langues étrangères ?
  • La prière en langues à haute voix déclenche-t-elle plus de puissance ?
  • Peut-on être né de nouveau sans parler en langues ?



Quelques mots sur Hagin Kenneth E. :

La référence de Marc 11:23-24 est la clef de voûte de la vie et du ministère de Kenneth E. Hagin.

Il crut dans les étonnantes déclarations du Seigneur Jésus alors qu'il gisait sur son lit de maladie, presque totalement paralysé, victime d'une malformation cardiaque et d'une affection du sang, incurables. Il ne devait pas, de l'avis de ses médecins, atteindre sa dix-septième année. Alors qu'il n'avait plus quitté son lit depuis seize mois, il crut que ce que déclaraient les Écritures était authentique et il l'accepta avec une fois toute simple. C'est alors qu'il sortit de son lit complètement guéri.

Donnez votre avis

Les langues après le jour de la pentecôte

Les langues après le jour de la pentecôte

Donnez votre avis