Que ton règne vienne

Que ton règne vienne

23,70 €


  • Éditeur : Labor et fides
  • Poids : 565
  • Nombre de pages : 465
  • Dimensions : 15 x 21 cm
  • Année : 2014
  • ISBN : 9782830915303

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Le recul du protestantisme classique accompagnant la sécularisation de nos sociétés pousse les évangéliques à s’engager dans l’espace public, afin de sécuriser ce qui reste des appuis institutionnels qui garantissaient la dimension chrétienne de la société. Ils développent alors des schèmes théologiques permettant d’investir les institutions et les causes politiques. Simultanément, cette sécularisation accentue dangereusement nle fonctionnement de la sphère religieuse sur le mode du marché. Cette dérégulation fait le lit des radicalismes théologiques et politiques, en affaiblissant les mesures de régulation propres à la
société et les garde-fous internes aux communautés religieuses.
Cet ouvrage restitue une enquête sociologique portant sur la façon dont sont confectionnés, diffusés et acclimatés ces schèmes théologiques, mais aussi sur les agissements des acteurs, tant locaux qu’internationaux, qui en sont les porteurs ou qui y ont recours en vue de rechristianiser la nation. Menée
à partir de la Suisse et focalisée sur la scène genevoise, cette investigation se poursuit aux États-Unis, permettant d’appréhender des fonctionnements globalisés qui affectent similairement les continents dans lesquels l’évangélisme est en pleine
expansion (l’Afrique, l’Asie, l’Amérique latine).

Philippe Gonzalez est maître assistant en sociologie à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Lausanne. Ses travaux portent notamment sur les enjeux que soulève la présence des religions dans l’espace public.

Note 
2019-06-12

USA et Suisse, deux peuples élus ?!

Un très bon livre, fort passionnant, par un sociologue chrétien.
L’auteur étudie la volonté de présence de certains courants évangéliques dans l’espace public, aux États-Unis et en Suisse, qui ont en commun que le rapport à l’espace public pour une frange importante des évangéliques, est marqué par le principe du « translatio electionis ». Ces 2 pays sont « peuple élu » !
Quelques points à retenir :
- La puissance de la transmission d’une culture, à l’échelle mondiale, par Internet, avec pour résultat un formatage de la pensée par un vocabulaire inspiré de l’imagerie biblique, mais peu de l’esprit de l’Évangile, et auquel s’ajoute une volonté de formatage cultuel.
- La puissance des organisations para-ecclésiales souvent dominées par un fondateur qui, sous l’argument de « l’apostolique », refuse tout contrôle fraternel.
- L’impact d’une hymnologie planétaire, préparant efficacement la voie à des conceptualisations théologiques spéciales.
- Qu’est devenu l’Évangile, comme Parole de grâce, et comme récit de l’enseignement de Jésus ? Il est à craindre un grave décentrement. La Croix n’est plus le centre de la vie chrétienne, mais celle-ci se structure autour d’une théorie démonologique. Les démons et leurs « territoires » occupent une place essentielle. Dire le mal, c’est le dire démonologiquement. Ce déséquilibre altère la souveraineté de Dieu.
- La question de la régulation. La notion « d’apôtre » exerçant une autorité par une vocation non institutionnelle, établit sournoisement le principe d’une autorité sans aucune régulation.

Donner votre avis !

Donnez votre avis

Que ton règne vienne

Que ton règne vienne

Donnez votre avis