Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Les nouveautés Empreinte vues par Libre Sens

Publié le : 2016-03-29 16:33:26
Catégories : Critiques de livres chrétiens Rss feed , Réflexion autour du livre et la lecture Rss feed

Les nouveautés Empreinte vues par Libre Sens









Rémy Hebding

De Socrate à Jésus

Vers une autre sagesse

Empreinte temps présent, 2015. 261 p.,

18 €


De socrate à Jésus



Le titre résume l'ambition de ce livre : confronter Jésus, c'est à dire le christianisme, à Socrate, symbole de la philosophie gréco-romaine antique.

Dans les derniers siècles avant Jésus, les premiers après, la pensée des Anciens est dominée par le stoïcisme. Celui-ci dit que tout en ce monde est déterminé par le Destin face auquel on ne peut rien, en conséquence de quoi le mieux est de s'y soumettre et de se retirer en soi-même, sans se mêler des affaires des autres, quitte à se forcer pour s'en détacher. Survient le christianisme. Dans les années 400, Augustin, imbu de platonisme, saute le pas et devient chrétien ; Boèce, un siècle après, hésite et renonce.

Dès le IIe siècle de notre ère, les premiers Pères de l’Église, les « Apologistes », évitent de contrer leurs adversaires païens dans l'espoir de les rallier, en soutenant que leurs idées sont un premier pas dans la voie juste et que la Révélation est seulement le dernier qu'il leur faut franchir pour parvenir à la Vérité, que la raison qu'ils honorent n'est nullement contraire à la foi. « Le christianisme, soutiennent-ils, est la vraie philosophie. » Au Moyen Âge, l’Église s'oriente massivement dans cette voie, devenu reine avec l'enseignement scolastique et la pensée de Thomas d'Aquin, lequel voyait dans les idées d'Aristote la « science » accordée à la foi.

Orientation catastrophique, nous dit Rémy Hebding, car la foi chrétienne n'est pas une compréhension du monde mais, comme l'avait soutenu Paul, une « folie » face aux doctrines des « sages ». Devant les difficultés de la vie, les stoïciens prônent le retrait, l'évitement ; Jésus, lui, affronte ces difficultés par solidarité avec ses contemporains. Tertullien, au IIe siècle, l'avait vu. Luther l'a soutenu avec éclat et, plus près de nous, Kierkegaard, déclarant que le chemin de la foi est un chemin d'aventure où celui qui s'y risque doit abandonner toute sécurité. L’Église, de nos jours, perd ses fidèles : elle a tout fait pour ça !

La situation actuelle est paradoxale. Le christianisme se présentait, en ses débuts, comme la voie du salut par excellence, supérieure aux sagesses. Mais à vouloir imiter ces dernières, il s'est abâtardi, il a laissé tomber son message libérateur. Alors les gens, désemparés par des vies fragmentées, par l'épuisement des idéologies, en demande de vraie spiritualité, retrouvent les sages d'antan – Sénèque, Marc Aurèle, Épictète – qui font aujourd'hui des succès de librairie ! L'absence de Dieu, désormais acquise, ne les empêche pas de rechercher la sagesse pour essayer de vivre humainement, à quoi tentent de les aider des philosophes agnostiques comme André Comte-Sponville ou Luc Ferry, comme également des maîtres bouddhistes.

Et Socrate là dedans ? Certes, il n'a pas été chrétien, mais il a montré une voie que reprendront les chrétiens véritables : non pas asséner des « vérités » à croire, mais inviter les hommes à entrer en eux-mêmes et à chercher.

Voilà un livre qui fait honneur à la culture de son auteur. Il peut aider ceux qu'un christianisme vermoulu révulse et sont tout prêts à en accueillir un autre.

Jean-Claude Widmann

Antoine Nouis

ADAM

De souffle et de poussière

Empreinte temps présent, 2015, 89 p., 9,80€



Adam, de souffle et de poussière

En dix points, Antoine Nouis suit les récits des premiers chapitres de la Genèse, écoutant la voix de commentateurs anciens et actuels (Musée de l’Homme).

Il traite de la solitude d’Adam, suivie de la dualité et du face à face dans la sexualité, le partenaire est un visage.

La bonne nouvelle du péché originel est l’annonce que nos contradictions appartiennent à notre nature humaine... La voix de l’Évangile nous appelle à un chemin d’unification intérieure.

Des pages à lire pour renouveler notre écoute de ces textes trop banalisés.

Jeanne Marie Léonard

Nick Page

60’ pour comprendre la Bible

Empreinte temps présent, 2015, 99 p.,

9,80 €


60 minutes pour comprendre la Bible

Un petit volume pour une première approche de la Bible. Celle-ci continue d’influencer tant de gens dans le monde ! Elle n’est ni trop difficile ni ennuyeuse.

Ici, après l’introduction, quatre chapitres - qu’est-ce que la Bible ?, que contient-elle ?, qui l’a écrite ?, qui l’a composée ? - suivis par : « La Bible livre par livre ».

Puis des conseils, par exemple « Utilisez votre bon sens » ; « Ne vous en faites pas, si vous ne comprenez pas tout... concentrez-vous plutôt sur ce que vous comprenez »...

Jeanne Marie Léonard

Étienne Séguier

PRATIQUER LA MISÉRICORDE

Empathie et solidarité

Empreinte temps présent (EssenCiel), 2015, 117 p., 8 €


Pratiquer la miséricorde

L’année 2015 est, nous dit-on, l’année sainte de la miséricorde. Accepter notre nature humaine et la réalité du ressenti. La miséricorde est ici définie comme le fait de ressentir dans son corps (dans ses tripes dirais-je) la détresse de l’autre.

Avions-nous remarqué que, dans la Bible, il est dit 365 fois « n’ayez pas peur » ?

Ce petit livre simple réserve des surprises, en particulier dans sa dizaine de « fiches pratiques ». Par exemple, pp. 63-64, « L’art de la conversation banale, mais vitale pour s’approcher de l’autre ». Nous proposons souvent trop rapidement l’aide. Il faut apprendre à donner, mais aussi à recevoir.

En annexe, quelques pages sur la méthode Vittoz pour mieux percevoir les signaux envoyés par les autres.

Jeanne Marie Léonard

Joanne O’Brien, Sandra Palmer

60’ POUR CONNAÎTRE LES RELIGIONS DU MONDE

Empreinte temps présent, 2015, 125 p., 9,80 €


60 minutes pour connaître les religions du monde

Classées par ordre alphabétique de leur appellation en français, onze « religions » font l’objet d’une présentation plus ou moins détaillée. La religion bahaïe couvre trois pages, le zoroastrisme moins d’une, le christianisme dix-neuf.

Le style clair, les sous-titres et des paragraphes colorés permettent de retenir l’essentiel et de lire avec intérêt. Pour chaque religion nous trouvons un rappel de ses origines historiques, de ses croyances, rites, et des principaux personnages.

On prend conscience de son ignorance et on acquiert le désir « d’aller plus loin », peut-être en utilisant les ouvrages signalés pour ce faire. Notons que ce livre est traduit de l’anglais (Oxford), mais la bibliographie signale des ouvrages uniquement en français.

Merci aux auteurs et aux traducteurs.

Jeanne Marie Léonard



Extrait de la revue Libre Senspubliée par le CPED (Centre protestant d'études et de documentation)
La revue qui vous donne une furieuse envie de lecture ! ! ! 



Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)