Salgas. Galérien pour la foi

Publié le : 2024-01-19 14:26:21

Salgas. Galérien pour la foi

Olivier Poujol (O.P.) est un historien qui au dire de P. Cabanel "est l'un des meilleurs historien des Cévennes" (préface p. 1). C'est dire la qualité de la recherche historique de ce livre. O.P. a bénéficié de précieuses ressources pour écrire l'histoire de François de Pellet dit Salgas, issu d'une famille de la noblesse protestante du Languedoc (cf. "les sources" pp. 107-112).

 

 

 

 

 

 

Salgas. Galérien pour la foi, 

Olivier Poujol,  Editions Ampelos, 2023, 119 p. 12 € 

     

Les premiers chapitres font l'inventaire des livres écrits sur cette famille et s'attachent à comprendre dans cette historiographie ce qui ressort plus de la légende dorée que de la "vérité" telle que des sources plus sûres la retracent. Salgas eut un destin peu commun, veuf, il se remarie et quelques années plus tard sa femme, Lucrèce, le quitte en cachette pour aller à Genève pratiquer sa foi protestante plus librement laissant son mari avec 6 enfants en bas âge sur les bras. Sur cet épisode, les avis sont très partagés tant il est difficile de comprendre ce choix. C'est Ici que l'inventaire historiographique a son intérêt : certains loueront Lucrèce qui à le courage de partir pour vivre sa liberté de conscience religieuse mais d'autres s'interrogeront sur les motivations d'une mère "ayant 6 enfants en bas âge, qui sacrifie la sécurité physique et affective de ses gosses pour la joie religieuse de fréquenter le temple de Genève ?" (p. 34) 

 

 

Olivier Poujol

  

Toujours est-il que Salgas qui était revenu dans le giron catholique lors des conversions forcées mais qui en réalité continuait d'adhérer à la foi protestante - les fameux nicodémites auxquels Calvin avait consacré un petit traité fort sévère - fut comme forcé d'assister à une assemblée clandestine par un chef camisard, Henri Castanet. Suite à cet incident mais surtout parce qu'il était visé depuis fort longtemps et suspecté d'aider les camisards, Salgas fut arrêté le 06 mai 1703, puis torturé et condamné aux galères à perpétuité le 21 juin. Il y passa 12 années avant d'être enfin libéré pour mourir quelques 10 mois plus tard à Genève. Les lettres adressées à sa femme et celles des personnes qui le rencontrèrent pendant cette terrible épreuve de l'emprisonnement et des galères, constituent des documents précieux qui décrivent l'évolution humaine et spirituelle de Salgas comme l'exprime si bien O.P. "De longues années aux galères feront de lui un confesseur, un héros de la foi." (p. 59).

  

En conclusion : un livre qui retrace une trajectoire humaine peu courante - et aussi peu connue - d'un protestant mais aussi de toute une famille jusqu'à la révolution et au-delà. Un livre édifiant quant à la ténacité et à la constance de la foi huguenote. Sur ce sujet on pourra aussi lire le livre autobiographique du galérien Jean Martheille : "Mémoire d'un galérien du Roi-Soleil".

  

Thierry Rouquet

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)