Réfléchir et cheminer vers une bonne gouvernance des Eglises

Publié le : 2018-10-24 11:09:33
Catégories : Critiques de livres chrétiens Rss feed

Réfléchir et cheminer vers une bonne gouvernance des Eglises

J’ai accompagné plusieurs communautés locales dans des situations conflictuelles, certes complexes, mais où existaient systématiquement de réels problèmes de gouvernance. Se préoccuper de cette question est donc pour moi d’une grande importance.

C’est pourquoi je me suis intéressée à l’ouvrage « Pour une bonne gouvernance dans les Eglises », publié aux Editions Olivétan, à l’initiative de la Cevaa – Communauté d’Eglises en mission qui regroupe 35 Eglises protestantes évoluant dans des contextes culturels et politiques bien différents sur les cinq continents.


Trois grandes parties structurent ce livre : sept exposés pour répondre à la question « Qu’est-ce que la bonne gouvernance », trois fiches bibliques pour méditer sur « Que dit la Bible sur les questions de gouvernance » et cinq interrogations qui mettent « Les Eglises face aux défis d’aujourd’hui »


Pour une bonne gouvernance dans les Eglises

Sous la direction de Michel Bertrand, Samuel Désiré Johnson et Célestin Gb.Kiki

Editions Olivétan

avril 2016

208 pages

16 €


Au-delà de cette présentation bien structurée, trois thèmes se dégagent de l’ensemble de l’ouvrage :



  • La gouvernance au sein des Eglises avec une contribution sur le renforcement de la gouvernance par Jean-Arnold de Clermont. L’auteur explique que le sacerdoce universel des fidèles et la reconnaissance de ministères particuliers au sein des Eglises locales n’est pas sans conséquence sur la gouvernance et sur la façon dont va émerger une compréhension commune de la volonté de Dieu. D’où l’idée de prendre les décisions par consensus, même si ce processus est compliqué. D’où les exigences de transparence qu’il s’agisse de l’information régulière sur les réflexions et décisions des instances responsables, ou de l’élaboration de règles claires concernant les mandats des responsables. L’auteur évoque ensuite les questions du partage du pouvoir et des délégations.



Cet exposé est complété par le témoignage de Taraonui Maraea sur la gouvernance dans l’Eglise protestante Maohi qu’il préside et par une fiche d’animation biblique proposée par Samuel Désiré Johnson autour d’Exode 18 :1-27, apprendre à déléguer.


S’y ajoutent trois articles relatifs aux défis auxquels est confrontée l’Eglise aujourd’hui : la question du leadership (Célestin Gb. Kiki), le rôle et la place de la femme (Fidèle Houssou-Gandounou),l’articulation entre pourvoir, autorité et gouvernance en Eglise (Benoit Girardin). Dans son exposé, Benoit Girardin va comparer les différents modèles de gouvernance ecclésiales, mettant ainsi en évidence les fragilités des Eglises conduites de façon verticale et les forces des Eglises qui privilégient transparence des décisions et recherche du consensus. De façon concrète, il termine par une série de questions et de propositions pour pousser le lecteur à réfléchir et à agir sur les questions de gouvernance.



  • La prise de parole des Eglises au sein de l’espace public, dans un monde bouleversé par des mutations majeures, avec d’une part le point de vue de Benoit Girardin, d’autre part une contribution et une fiche d’animation biblique de Michel Bertrand qui s’appuie sur Actes 16 : 6-40 pour montrer l’impact et les conséquences de la prédication de Paul dans la sphère publique.



Benoit Girardin tire les enseignements utiles des approches différenciées des rapports au politique dans le Nouveau Testament et des pratiques observées dans l’Histoire. Il évoque ensuite les conditions de crédibilité et les risques de toute prise de parole. Il propose enfin aux Eglises d’adapter leurs interventions en croisant leurs missions légitimes – prophétique, sacerdotale et diaconale - avec les types de gouvernement de leur pays. Quant à Michel Bertrand, il met en évidence quatre défis à relever  pour que la parole publique de l’Eglise ne soit plus problématique : le rapport au politique, la laïcité, la communication et le vivre ensemble ecclésial.





  • La gestion et la prévention des conflitsavec les contributions de Comlan Prosper Deh et de Frédéric Rognon. Comlan Prosper Deh expose les théories explicatives du conflit et propose des outils d’analyse qui -à mon sens- ne sont pas tous opérationnels en Eglise. Frédéric Rognon est plus concret en clarifiant les notions utiles sur les conflits puis en proposant des mesures préventives et des mesures curatives. Tous les deux insistent sur le fait qu’il faut absolument reconnaitre les conflits dans une Eglise et les traiter. Frédéric Rognon complète son exposé avec une fiche biblique où il nous conduit à réfléchir sur la façon de gérer les conflits dans Jean 8 :1-11, Matthieu 18 :15-17 et Actes 5 et 6.



S’y ajoute l’article de Michel Bertrand qui traite de la place du ministère pastoral en relation avec le ministère collégial des conseils. Point sensible de la gouvernance des Eglises, source de tensions fréquentes, l’auteur pose les termes du défi que constitue la réussite de l’articulation entre le sacerdoce universel de tous et les responsabilités particulières confiées à certains.



Un mot sur les neufs auteurs de cet ouvrage collectif : Samuel Désiré Johnson  et  Célestin Gb. Kiki (respectivement Secrétaire exécutif et Secrétaire général de la Cevaa- Communauté d’Eglises en mission), Michel Bertrand (professeur honoraire à la Faculté libre de théologie protestante de Montpellier), Jean-Arnold de Clermont (ancien Président de la FPF et de la Conférence des Eglises Européennes et Président du Service protestant de mission-Défap), Comlan Prosper Deh (Coordinateur du projet d’accompagnement œcuménique pour le Togo), Benoit Girardin (ancien ambassadeur de la Suisse et ancien Recteur du Protestant Institute of Arts and Social Sciences au Rwanda), Taraonui Maraea (Président de l’Eglise protestante Maohi) Frédéric Rognon (Professeur à la Faculté de Strasbourg) et Fidèle Houssou-Gandounou (théologienne, pasteur au sein de l’Eglise Protestante Méthodiste du Bénin) qui n’est d’ailleurs pas citée dans la liste des auteurs en début du livre. Place de la femme dans la liste des contributeurs : aucune !



Ce livre, riche en idées et en pistes de réflexion, s’adresse à tous ceux qui ont des responsabilités dans les Eglises, en particulier pasteurs et conseillers. L’intérêt d’un tel ouvrage est qu’il suscite après sa lecture des études et des discussions, puis des débats avec les membres de l’Eglise et un cheminement ensemble pour une bonne gouvernance de son Eglise.




Brigitte Evrard

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)