On ne naît pas père, on le devient. Un éclairage chrétien de la paternité

Publié le : 2017-09-08 09:06:48
Catégories : Critiques de livres chrétiens Rss feed

On ne naît pas père, on le devient. Un éclairage chrétien de la paternité

ON NE NAÎT PAS PÈRE , ON LE DEVIENT

Julien CHOUVET

Editions de l’ Emmanuel, 2016

112 pages -  9.90 €

 

« On ne naît pas père, on le devient » de Julien CHOUVET, publié aux Editions de l'Emmanuel, est un ouvrage qui s’inscrit dans les réflexions actuelles sur la complexité du statut de père au XXIème siècle. Avec un arrière-plan fondé sur les valeurs de l’Evangile, ce qui lui donne une  tonalité particulière.

L’auteur est catholique, responsable de la pastorale dans un collège à Marseille. Il est père de quatre filles. C’est donc un homme d’expérience qui aborde la question de l’éducation et des regards qui font grandir les enfants, en mettant l’accent sur la paternité et le regard du père.

 

Le dernier chapitre du livre s’intitule « Ouverture ». A la sortie de l’école, les filles cherchent leur père, le voient et se précipitent dans ses bras pour échanger des baisers et lui raconter leur journée. Tout comme « nous cherchons le visage du Père qui nous attend de l’autre côté » écrit l’auteur, faisant alors découvrir au lecteur, derrière le regard du père sur l’enfant, le regard de Dieu posé sur nous.

 

https://librairie-7ici.com/11467-on-ne-nait-pas-pere-on-le-devient.html

Mais l’essai de Julien CHOUVET est en fait bien centré sur la paternité des hommes, pères biologiques ou autres figures paternelles.  

 

Sur un mode romancé et tendre, l’auteur fait appel à ses souvenirs : son amour pour sa femme, la naissance du premier enfant, les insomnies au côté d’un petit malade, le quotidien de l’éducation, les chahuts, les moments de complicité, les mots d’enfants…..

 

Et tous ces témoignages se prolongent en méditations écrites avec une grande simplicité, ce qui ne leur fait cependant rien perdre de leur profondeur. Le livre est traversé par de nombreuses considérations sur l’amour : l’amour qui est premier, qui permet l’engendrement et fonde la paternité, l’amour entre un homme et une femme qui se complètent et ensemble font l’enfant, l’amour sans horaire du père, l’amour confiant de l’enfant.

 

L’auteur aborde aussi d’autres questions, par exemple la présence et la disponibilité du père, l’importance de ses regards bienveillants qui façonnent l’enfant, ou encore l’exercice de l’autorité.  

 

On ne trouve pas de commentaires bibliques, pas de mises à contribution explicites des psychologues mais plutôt des citations de nombreux écrivains et poètes, des paroles extraites de chansons, des allusions à des scènes de film. Tout ceci donne vie au récit et même un caractère joyeux.  

 

J’ai une toute petite réserve quant au rôle très discrètement assigné au père qui a un pied à l’intérieur et un pied à l’extérieur, parce que « les deux à l’intérieur, il ressemble à la mère » !

 

La cible du livre est bien sur celle des pères. Mais les mères tireront également profit d’une telle lecture car d’une part elles élèvent des enfants qui ont un père, d’autre part on ne naît pas mère, mais on le devient.  Et au-delà des parents, c’est un livre pour tous.

 

 

                                                                                                                        Brigitte Evrard

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)