Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Blog : Jean Calvin - Trois sermons sur Abraham

Publié le : 2019-03-25 11:23:37
Catégories : Critiques de livres chrétiens Rss feed

Blog : Jean Calvin - Trois sermons sur Abraham

Jean Calvin

Trois sermons sur Abraham

Olivétan - 135 pages - 15,00 €

Préface et notes de John Mazaheri







Calvin est d’abord connu pour ses qualités de théologien et d’organisateur. On ignore souvent qu’il fut également un très grand prédicateur. Bernard Cottret, dans la biographie qu’il lui consacre (JCLattès - 1995), indique qu’il prêchait tous les jours de la semaine et deux fois le dimanche. Il n’écrivait pas ses sermons, mais des fidèles en prenaient des notes, les reconstituaient et les publiaient avec l’accord de l’auteur. Sur les milliers de prédications qu’il a prononcées, il ne nous en reste qu’environ 1200, dont les trois quarts portent sur des textes de l’Ancien Testament. Les trois sermons sur Abraham, donnés en 1560, en font partie.



Le livre que nous en proposent aujourd'hui les Editions Olivétan correspond à l’édition de 1561 et comprend :

  • Une présentation de l’éditeur d’origine avec en exergue une citation de l’Epître aux Hébreux : Par foi Abraham offrit Isaac quand il fut tenté, et offrit son fils unique, après avoir reçu les promesses (11,17)

  • La prière ordinaire (habituelle) de l’Auteur sur le commencement de ses sermons en la semaine

  • Les sermons proprement dits en deux textes, celui de Jean Calvin, présenté et annoté par John Mazaheri, professeur américain de littérature française, récemment décédé, et sa transcription en français moderne par le pasteur Marc Blanzat.

  • Enfin une prière en fin de chaque sermon.



Le texte original de Calvin est très beau mais peut-être plus difficile à lire. Nous conseillons les deux. Les citations bibliques qu’utilise Calvin sont vraisemblablement tirées de la Bible de Genève, sur la base de la traduction d’Olivétan, et celles qu’utilise Marc Blanzat correspondent à la NBS. Il est également intéressant de comparer les deux traductions.



Il ne s’agit pas véritablement de sermons sur Abraham, mais sur l’épisode qu’on intitule généralement «Le sacrifice d’Isaac» ou, dans le texte qui nous occupe « Le sacrifice d’Abraham » (Gn 22,1-14). Ce récit, terrible, monstrueux même dit Calvin, est difficile mais essentiel dans la compréhension de la relation interactive entre Dieu et l’être humain. C’est pourquoi il a fait l’objet de nombreuses analyses, au-delà de l’Epître aux Hébreux, le fameux chapitre 11 sur la foi pour lequel Abraham constitue le modèle le plus remarquable : Théodore de Bèze, Kierkegaard et, de nos jours, Marie Balmary.



Le premier sermon porte sur l’épreuve que Dieu fait subir à Abraham : Va au pays de Moriya et là offre ton fils en sacrifice. Or Abraham avait déjà connu beaucoup d’autres épreuves, d’abord en quittant son pays sans savoir où il allait. Calvin insiste alors sur l’importance des épreuves qui sont autant d’exercices permettant de fortifier notre propre foi.

Le deuxième (vv 3-8), sans doute le plus important, montre la proximité entre Abraham et son fils, restés seuls, par leur dialogue, bref mais intense, et leur marche ensemble : Et ils marchèrent tous deux ensemble. Alors Isaac dit à Abraham, son père : Père ! Il répondit : Oui, mon fils ? Isaac reprit : Le feu et le bois sont là, mais où est l’animal pour l’holocauste? Abraham répondit : Que Dieu voie lui-même quel animal pour l’holocauste, mon fils ! Et ils continuèrent à marcher ensemble, tous les deux (vv 6b-8). Cette répétition de la « marche ensemble », aux versets 6 et 8, encadre le dialogue fondamental où Abraham manifeste sa confiance dans le commandement de Dieu.

Le troisième (vv 9-14) relate l’intervention décisive de Dieu qui salue alors la foi immense d’Abraham : Je sais maintenant que tu crains Dieu (v 12). Dans son commentaire, Calvin explique la similitude entre la crainte et l’amour de Dieu, car on ne peut aimer Dieu qu’avec respect, et le commandement Tu aimeras le Seigneur ton Dieu aurait aussi bien pu être Tu craindras. C’est cet amour de Dieu qu’Abraham a manifesté tout au long de sa vie mouvementée.

Ces trois sermons sur cet épisode, dense et dramatique, de la vie d’Abraham nous incitent à le prendre comme un modèle, certainement inaccessible, vers lequel nous devons quand même tendre. Ce n’est pas seulement une belle histoire biblique, c’est une leçon pour nous aujourd’hui. Ce livre, par sa force de conviction, illumine un texte essentiel de la Bible qui représente une pierre importante dans notre relation à la foi.

Bernard Steinlin

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)