Newsletter

Vous souhaitez recevoir régulièrement des nouvelles de nos actions, nos projets, etc ?

Au-delà des blessures, PARDONNER

Publié le : 2017-03-07 11:08:59
Catégories : Critiques de livres chrétiens Rss feed

Au-delà des blessures, PARDONNER

Au-delà des blessures, PARDONNER

Sue ATKINSON, Editions Empreinte temps présent

2016

281 pages- 18,50 euros






Cet ouvrage est paru en 2014 à Oxford sous le titre : Struggling to Forgive, Moving on from trauma. La traduction française inclut une introduction rédigée par la philosophe, sociologue et théologienne Hélène Storkey ainsi qu’une bonne bibliographie de trois pages.

Ceci nous aide à mieux situer l’auteur et sa méthode de travail : après une carrière d’institutrice aux Etats-Unis, Sue Atkinson vit désormais en Angleterre et est devenue une sorte de psychologue, consultante spécialisée dans l’aide aux personnes souffrant de dépression (trois ouvrages traduits en français) ou relevant de traumatismes profonds. Pour ce faire, elle procède par un jeu très simple de questions et de réponses, avant de proposer des solutions fondées sur sa foi intense, pour lesquelles elle fait sans relâche appel à la Bible et à de grands penseurs, chrétiens ou non (Gandhi).

Pour l’auteur, le pardon fait nécessairement partie du processus de guérison. A travers des exemples concrets, elle explore les différentes façons qui peuvent amener un être blessé à dépasser ses blessures et pardonner à son ou ses agresseurs, voire à son ou ses bourreaux.

Au-delà des blessures, pardonnerEn effet, les cas choisis par S. Atkinson nous fournissent un panorama parfois hallucinant de la société actuelle : l’attentat islamique à la bombe de Londres en 2005, l’assassinat des 10 enfants amish aux Etats-Unis en octobre 2006, les viols par leurs propres parents de plusieurs enfants, de multiples agressions sexuelles chez des adultes comme chez des enfants, des maltraitances familiales dues à l’alcoolisme, des haines familiales recuites transmises comme une fatalité de génération en génération… Sans oublier les différentes atrocités relatées aux actualités, tant au Burundi qu’au Soudan et ailleurs. J’en omets beaucoup pour ne pas faire de catalogue.



Le plus terrible dans toutes les tragédies individuelles racontées par Sue Atkinson est, à ses yeux, le comportement des hommes (et femmes) d’église : pour eux, la victime DOIT pardonner, sinon elle sera damnée. «  Si vous ne pardonnez pas, Dieu ne vous pardonnera pas » disent plusieurs prêtres et pasteurs.  On ne peut que partager l’effroi de l’auteur devant une telle conception du christianisme.

Autre point très fort de son raisonnement : le besoin d’associer la justice au pardon. Faute de justice, le ressentiment domine. Si la victime n’est pas reconnue comme telle, elle aura d’autant plus de mal à pardonner, surtout si le coupable ne fait preuve d’aucun regret, d’aucun repentir, ne s’excuse pas, ne demande pas pardon. Elle cite avec force Dietrich Bonhoeffer : La grâce à bon marché, c’est la prédication du pardon sans repentance… C’est la Sainte Cène sans confession des péchés, c’est l’absolution sans la confession personnelle. La grâce à bon marché, c’est la grâce que n’accompagne pas l’obéissance, la grâce sans la croix, la grâce abstraction faite de Jésus Christ (p. 157).

Là, nous ne pouvons que suivre le théologien comme nous acquiesçons aux paroles très fortes de Martin Luther King Jr : Je crois que la vérité désarmée et l’amour inconditionnel auront en définitive le dernier mot. C’est pourquoi, même momentanément vaincu, le droit est plus fort que le mal triomphant. (p.211)


Au delà des blessures, pardonner

Faut-il néanmoins une réserve sur cet ouvrage sérieux, bien écrit et très documenté ? Est-il trop « américain » à mes yeux, considérant la Bible comme un livre de développement personnel, où quelqu’un qui piquerait une aiguille au hasard trouverait la réponse à son interrogation ? Pour moi, la Bible ne parle pas seulement de psychologie, d’éducation, de bonne croissance individuelle et familiale. Les récits bibliques se situent à mes yeux sur un autre plan, à une autre hauteur, celui du rapport entre Dieu et l’humain.

Cela dit, l’insistance de l’ouvrage sur l’amour inconditionnel de Dieu pour l’homme est convaincante, et si Sue Atkinson peut aider un blessé de la vie à trouver le chemin du pardon et à se rapprocher d’un Dieu d’amour, avec une méthode simple basée sur le pas à pas, il vaut la peine d’être lu.

Arlette Sancery

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)