La Terre comme soi-même

La Terre comme soi-même

23,70 €
A paraître


Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Tout nécessaires qu'ils soient, les écogestes, les lois vertes et les chartes éthiques ne suffisent pas. Ce livre développe les fondements d'une écospiritualité capable de répondre en profondeur aux défis soulevés par la destruction de la planète. Contre les dualismes - issus de la modernité - à l'origine de l'irrespect envers la nature, Michel Maxime Egger propose une resacralisation de notre relation à la création. En relisant la tradition chrétienne dans une ouverture aux autres spiritualités et aux découvertes scientifiques, il souligne l'unité fondamentale entre l'humain, le cosmique et le divin. Cette vision conduit non seulement à préserver la nature, mais aussi à la célébrer et à favoriser son accomplissement. Pratiquement, l'auteur propose d'acquérir une autre forme de connaissance, d'opérer une transformation intérieure, de réhabiliter les qualités féminines, d'expérimenter de nouveaux modes d'être et d'engagement dans le monde. Une approche qui, loin de puiser seulement ses racines dans la tradition ancestrale du christianisme orthodoxe, élabore ses grandes lignes en les soumettant aux questions suscitées par la crise écologique sur laquelle Michel Maxime Egger pose un regard d'une profonde lucidité. Sociologue et journaliste de formation, Michel Maxime Egger travaille en tant que lobbyiste pour le développement durable et des relations Nord-Sud plus équitables. Fin connaisseur de la spiritualité chrétienne orthodoxe, il est l'une des chevilles ouvrières de la revue « La Chair et le Souffle ». Il a fondé le réseau « Trilogies » qui met en dialogue traditions spirituelles et grandes problématiques de notre temps. Préface de Pierre Rabhi.

Note 
2019-06-28

Une eco-spiritualité bien nécessaire

Egger, sociologue engagé dans le développement durable, familier des Orthodoxes, propose une réflexion approfondie sur les responsabilités sociales et personnelles devant l’avenir de notre planète. Il met le doigt sur la dimension spirituelle de l’écologie. Après avoir analysé les résistances, inscrites dans la culture occidentale par une mauvaise interprétation de la Bible et plus encore par le développement aveugle d’une technique soumise au capitalisme libéral, il puise dans la tradition de l’Orient chrétien, source de son inspiration, les repères d’une « écospiritualité ». L’homme n’est pas ce roi de la création, « maître et possesseur de la nature », qui peut l’exploiter au gré de ses convoitises. Il est lui même un hôte, un intendant, qui doit prendre soin de ce trésor, à lui confié par son Créateur.
Une imposante bibliographie. Ouvrage très intéressant, mais lecture exigeante.

Donner votre avis !

Donnez votre avis

La Terre comme soi-même

La Terre comme soi-même

Donnez votre avis