On ne naît pas père on le devient

On ne naît pas père on le devient

9,90 €


  • Éditeur : Emmanuel
  • Poids : 130 g
  • Nombre de pages : 112 pages
  • Dimensions : 13 x 18.5 cm
  • Année : 2016
  • Délai livraison : sous 4 à 8 jours
  • ISBN : 9782353895724

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

On ne naît pas père on le devient



4ème de couverture :


Entendre son enfant crier : “ Papa ! ”, quel choc… Jusque-là ce mot désignait mon père. Et voilà qu'aujourd'hui il me désigne, moi. Que j'en porte moi aussi le nom. Lorsque l'une de mes filles m'appelle, ce nom frappe mes oreilles comme si je l'entendais pour la première fois. Ai-je rêvé ? Non, c'est bien dans mes bras qu'elle vient se blottir, c'est bien sur mon épaule qu'elle sèche ses larmes, c'est bien ma joue qu'elle mouille de ses lèvres salées. 
Et, comme pour m'ôter un dernier doute, elle ajoute : “ Papa, tu peux me donner un mouchoir ? ” Alors le père qui dort en moi est renouvelé. " Dans cet essai profond où méditation et témoignages s'entremêlent, l'auteur révèle combien la paternité est avant tout un " tissage de regards " entre le père et l'enfant. Derrière le regard du père sur l'enfant, on découvre en filigrane celui de Dieu posé sur nous.


Extrait :


"La lumière du soleil a la douceur orangée de l'automne que j'aime. Sa morsure estivale a laissé place à une tendresse tamisée. Elle caresse la peau et ne la brûle plus comme il y a un mois. Les cris des enfants qui jouent forment avec les rires un charmant mélange plein de vie. Certains courent, d'autres se cachent. Deux ou trois restent isolés, debout, le dos appuyé contre le mur. Leur regard intérieur et silencieux en dit long.

La tôle ondulée en plastique du préau, à trois mètres de hauteur, supporte mille objets mystérieux coincés là, dieu sait depuis combien d'années. En tapant légèrement par-dessous avec un ballon ou un balai, on parvient à faire glisser vers le bord une vieille balle en mousse, une casquette décolorée, une pomme de pin ou une pauvre branche.

Telle une impression photographique brûlant finement les contours de la scène, tous mes sens sont en alerte. Les écoliers qui courent écrasent de leurs semelles le gravier gris, créent des courants d'air, et soulèvent la poussière qui parvient jusqu'à mes narines et donne un autre goût à ma salive.

Cette atmosphère, je la connais bien. C'est celle de la rentrée des classes.

En regardant ces écoliers, une évidence me traverse : leurs cris sont des appels. Ils cherchent le regard des autres, le regard de l'autre. Ces appels viennent de l'intérieur, du ventre. L'intériorité de l'enfant, quel abîme ! L'enfant cherche un regard qui le tire vers le haut, pour sourire, jouer, grandir. L'enfant cherche à établir une relation. 

J'ai 8 ans et ne sais pas encore que cette histoire va transpercer les années. Elle devient mon actualité, mon quotidien, éclaire les pages qui suivent ..." Julien Chouvet

Donnez votre avis

On ne naît pas père on le devient

On ne naît pas père on le devient

On ne naît pas père on le devient

Donnez votre avis