Un mot aux étudiants

Un mot aux étudiants

9,48 €


  • Éditeur : CLC
  • Poids : 130 g
  • Nombre de pages : 94 pages
  • Dimensions : 14 x 21 cm
  • Année : 2016
  • Délai livraison : sous 48h
  • ISBN : 9782357740860

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Un mot aux étudiants



4ème de couverture

Dans ce livre : Un mot aux étudiants, le professeur Fomum, se basant sur son témoignage personnel, fait ressortir clairement le fait que la vie d'étudiant n'est pas incompatible avec une vie spirituelle riche. Bien au contraire, l'excellence académique dépend de la priorité que l'étudiant donne à Dieu pendant ses années d'études.
Ce livre renverse la plupart des conceptions erronées soutenues par des étudiants chrétiens pour justifier leur médiocrité à l'Université. En effet, les années d'étudiant sont les plus déterminantes, car c'est le moment de marcher avec Dieu de toutes ses forces et d'investir son tout dans ses études.
L'auteur soutient que les meilleurs diplômes sont pour les croyants et en donne le secret dans ce livre. En effet, si Dieu t'a destiné à des études universitaires, tu dois L'honorer en fournissant les meilleurs efforts pour atteindre les résultats que Dieu attend de toi.
Parmi les obstacles à une vie universitaire réussie, l'auteur cite entre autres :

  1. l'absence d'un sens de destinée,
  2. l'enchevêtrement émotionnel,
  3. etc.


Extrait


"... Je suis né dans un foyer chrétien. Mon père était radical en matière de discipline.
Ma mère était aussi stricte en matière de discipline. Quand il fallait que tu aies une bastonnade, tu ne pouvais pas l'entendre dire : "Eh bien, je ne peux pas te fouetter maintenant. Attends que papa vienne et tu seras fouetté". Elle te donnait une bonne fessée sur le champ. Si tu méritais une punition, elle la donnait elle-même.
Mon père supervisait plus de quatre-vingts congrégations presbytériennes parsemées dans le district. Ainsi, il était parti les trois quarts du temps. Mais pendant son absence, la discipline était aussi rigoureuse que lorsqu'il était présent.
Mon père pouvait marcher dans la chambre les yeux fermés, car à la maison, il y avait une règle établie : "Liasse chaque chose où tu l'as trouvée". C'était un environnement de village. Chacun avait une machette et une houe pour les travaux champêtres. A l'âge de douze ans, j'avais eu à abattre un arbre pour en faire du bois de chauffage. Quelqu'un m'avait dit de prendre la machette de mon père parce qu'elle était plus tranchante que la mienne. J'étais donc allé la prendre, j'avais abattu l'arbre et je l'avais découpé en bois de chauffage; Puis j'avais commencé à transporter le bois pour le déposer à la maison. Au dernier tour, j'avais oublié la machette de mon père. Le jour suivant, il alla prendre sa machette, et ne la trouva pas en place. Il me posa la question : "Sais-tu qui a déplacé ma machette ? Sais-tu quelle magie s'est abattue sur ma machette ?" C'est alors que je me souvins et reconnus mon erreur. Pour cela, je reçus six coups de fouet aux fesses.
Mon second nom est Tanee, et c'était le nom de son père. La manière dont il prononçait ce nom pouvait être un honneur ou pouvait signifier : "Tu as des problèmes !" Ainsi, selon sa manière de dire "Tanee", tu pouvais savoir si c'étaient des félicitations ou des problèmes qui t'attendaient (...)

... Il y avait dans notre maison une loi qui disait : "Ne jamais quitter la maison sans dire où on va, même si c'est chez le voisin." Tu devais dire à quelqu'un où tu allais, même si c'était chez le voisin. En fait, mon père lui-même n'allait jamais chez le voisin sans dire où il allait. Pourquoi ? Parce que les gens ne peuvent pas obéir aux lois auxquelles désobéissent les faiseurs de loi eux-mêmes (...) 

Submergé de joie d'avoir reçu Jésus-Christ, j'oubliai la loi de mon père, et courus au prochain village. Ce fut la première et la dernière fois où je quittais la concession sans dire à quelqu'un où j'allais. Quand j'arrivai devant la maison de Ruben et que je l'y trouvai, j'entrai précipitamment et lui dis : "Quelqu'un est mort pour toi ! Quelqu'un est mort pour toi ! ..." Je venais d'accomplir mon premier acte d'obéissance, et ce fut là le commencement ..."

Note 
2019-02-13

Des conseils essentiels pour les etudiants

Je trouve livre émouvant et je le conseille à tous les jeunes qui sont à l'Université ou qui se destinent à y aller. Si vous suivez les conseils de cet homme de Dieu, vous serez benis.

    Donner votre avis !

    Donnez votre avis

    Un mot aux étudiants

    Un mot aux étudiants

    Un mot aux étudiants

    Donnez votre avis