Chesterton face à l'Islam

Chesterton face à l'Islam

13,00 €


  • Éditeur : Via Romana
  • Poids : 100g
  • Nombre de pages : 180 pages
  • Dimensions : 10 x 16 cm
  • Année : 2014
  • ISBN : 9791090029729

Tous les ouvrages de cet auteur

Tous les ouvrages de l'éditeur

Vous pourriez aimer aussi

Articles du blog en relation

Pas d'article relatif à ce produit sur notre blog




Auteur de plus de cent livres, maître du suspense, de l’humour et de la polémique, Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) a bâti une œuvre qui a vite traversé les frontières de son Angleterre natale. Outre sa série du « Father Brown », son héros de prêtre détective, Chesterton est l’un des écrivains qui s’est posé le plus directement la question de la confrontation de l’islam avec la société moderne occidentale.

 

   Et c’est en poète, en chroniqueur engagé et en romancier qu’il alerte ici son lecteur sur la nature profonde de cette religion par la voix autorisée de l’un de ses meilleurs spécialistes français, Philippe Maxence.

 

Dans la presse

Valeurs actuelles, 1er mai 2014

   La négation de la Trinité par la religion musulmane est en réalité une négation de la personne et du libre arbitre.
   Qui mieux que Philippe Maxence, à coup sûr le meilleur chestertonien de ce côté-ci du Channel, pouvait nous offrir cet extrait de la plus haute sagesse, présentée selon toutes ses applications pratiques ? Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) est un prophète déguisé en écrivain, et un prophète à la mode anglaise catholique, pour qui les paradoxes de l'humour sont les moyens d'expression de la métaphysique. Il y a cent ans, il imaginait dans un récit d'anticipation, L'Auberge volante (traduit par Pierre Boutang, L'Âge d'homme, 1990), une Angleterre soumise à l'islam et au régime sec. De ce livre et du reste de son œuvre, romans, reportages, essais, poèmes, Philippe Maxence tire un florilège raisonné : en niant la Trinité, soit le Dieu en trois Personnes, l'islam nie la personne, dans ses dimensions divines aussi bien qu'humaines. D'où l'aphorisme de Chesterton : « Il n'est pas bon que Dieu soit seul. » En sacrifiant la personne à l'unité transcendante de Dieu, l'islam (en arabe : “soumission”) nie du même coup le libre arbitre ; et Chesterton de rappeler que « si la crainte de Dieu est le commencement de la sagesse, elle n'en est pas la fin ». Voilà un écrivain d'avenir.
Philippe Barthelet

Reconquête, n° 308, mai 2014

   On se souvient au Centre Charlier de la superbe conférence que prononça en 2008, lors de notre université d'été, Monica Papazzu, notre grande amie roumaine, professeur d'université au Danemark. Le thème en était « Chesterton, prophète de l'islamisation de l'Europe ».
   Voici maintenant, sur le même thème, un captivant petit livre de notre ami Philippe Maxence, rédacteur en chef de L'Homme Nouveau et merveilleux commentateur du grand écrivain catholique anglais.
   Monica Papazzu avait essentiellement parlé de L'auberge volante, désopilant roman à la fois surréaliste et réaliste dans lequel Chesterton brossait prophétiquement une geste de résistance à l'islam autour des valeurs sûres du jambon, du pub et de ses boissons plus ou moins alcoolisées.
   Maxence, avec sa sûre érudition chestertonienne, a été encore judicieusement cueillir un beau bouquet de textes de Chesterton sur cette grande hérésie chrétienne qu'est la religion de Mahomet. Mais ce faisant il nous livre aussi quelques-unes de ses très pertinentes réflexions sur le sujet. Telle que celle-ci : « Le rigorisme de l'islam, qu'il partage en partie avec une certaine forme de puritanisme, est très souvent un rigorisme de cimeterre. »
Bernard Antony

Donnez votre avis

Chesterton face à l'Islam

Chesterton face à l'Islam

Donnez votre avis